Reportage

Bretagne : entre bijoux et symboles, une terre de légendes 

5 octobre 2015
foret-bretonne

Quels symboles, sinon les fées, l’hermine et le triskell, incarnent aujourd’hui le plus brillamment la Bretagne et ses mystères ?

Mais saviez-vous que les fées, dans la culture bretonne, sont bien loin de ressembler à la fée Clochette de Disney ? En effet, la petite taille et les ailes transparentes sont des inventions du XVIe siècle, et plus particulièrement de Shakespeare. C’est sans compter sur les légendes bretonnes, qui, elles, remontent à bien plus loin… Ainsi, dans le folklore armoricain médiéval, les fées avaient plutôt l’apparence de belles femmes. Dotées de longs cheveux blonds, elles avaient la réputation de hanter les forêts et les puits, mais aussi, comme toutes femmes « fatales » (le terme « fée » dérive de « fatum », qui signifie « fatalité » en latin), d’aimer follement les bijoux…

On raconte que la Fée Scarabée, dans les Côtes d’Armor, hante les ruines d’un vieux château. Sortant de terre à minuit, elle étalerait au ciel son trésor – joyaux, pierres précieuses et bijoux en or – afin qu’il brille de mille éclats sous les rayons de la lune.
Il existerait aussi, dans la région, des « fées de fontaine ». Celles-ci auraient enterré perles et parures sous terre, non loin d’une fontaine – ce qui conférerait à l’eau qui s’en écoule un goût argenté. Elles se promèneraient dans les bois, tout en se peignant les cheveux, sans jamais perdre de vue leur trésor. La légende précise que seule une âme sans peur, aux douze coups de la nuit de Noël, pourrait échapper à leur surveillance et dérober leurs trésors.

Légendes au coeur de la forêt de Brocéliande

pendentif joa shop fée rose framboiseMais les fées les plus célèbres de Bretagne vivent sans doute aux alentours de la forêt de Brocéliande. Situé à Paimpont, le Miroir aux Fées est un petit lac à la surface lisse et limpide. Liée à deux grandes légendes, son histoire témoigne, une nouvelle fois, de la puissance des fées et de leur amour pour les objets précieux.
La première légende raconte que sept fées – sept sœurs –, qui vivaient autour du lac, avaient fait le serment de ne jamais se montrer à la vue des hommes. La plus jeune d’entre elles, cependant, rompit le pacte et apparut à un cavalier venu s’abreuver à ses eaux. Ses sœurs décidèrent alors de tuer l’homme, afin qu’il n’ébruite pas leur présence dans la forêt. Furieuse, la plus jeune fée tua ses sœurs et se servit de leur sang pour ressusciter le cavalier.

Ce sang aurait, dit-on, coulé dans la vallée sept nuit durant, lui conférant une teinte pourpre – couleur que l’on peut observer encore aujourd’hui.

La seconde légende, elle, dit que ces mêmes fées dissimuleraient dans le lac, les nuits de pleine lune, leurs riches bijoux. Quiconque tenterait de les subtiliser se verrait enfermé dans les eaux, afin de garder à jamais leur trésor… Fées et bijoux, dans la culture bretonne, sont intimement liés. À notre époque, l’ordre s’est pourtant inversé : alors que les fées, jadis, gardaient les bijoux loin des humains, ce sont aujourd’hui les hommes qui, en s’emparant de la figure des fées, créent des bijoux légendaires à leur image… 

L’hermine

Puisant également dans d’autres mythes, la joaillerie actuelle forge des symboles se référant aux sources mêmes de la culture bretonne. Ainsi, l’hermine , souvent portée en pendentif, rappelle avec élégance la légende d’Anne de Bretagne qui vit l’animal, dont est inspiré ce bijou, préféré se faire dévorer par des chiens de chasse plutôt que de fuir en se salissant dans une mare boueuse.

 Le triskell

pendentif triskell joa shopQuant au triskell, emblème absolu du peuple breton, il revêt de nombreuses significations : lever, zénith et coucher, mais aussi eau, terre et feu… Sans oublier qu’il s’agit également d’une représentation du temps qui passe : enfance, âge adulte et vieillesse. Cependant, quelle que soit l’allégorie qu’il y voit, tout bon joaillier breton sait que le Triskell qu’il forge change de signification en fonction du sens dans lequel ses branches tournent : selon qu’elles suivent ou non les aiguilles d’une montre, elles incarnent la paix ou bien, au contraire, la guerre…

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply