Astuces

Comment être sûr de la taille d’une bague

18 février 2016
joa-baguier

Tout le monde connait sa pointure de chaussure, mais pas forcément sa taille d’annulaire. Pour éviter la désagréable sensation d’être prisonnier d’un anneau trop étroit, ou craindre de perdre une bague trop grande, assurez-vous d’un bijou bien ajusté avant de passer la bague au doigt.

Pour connaitre la taille exacte d’un doigt, le baguier utilisé en bijouterie est indispensable. En plastique ou métal, chaque anneau est gradué. Une fois que vous avez trouvé celui qui correspond à la taille du doigt, retenez le numéro inscrit qui indique la dimension. Certains portent une double numérotation. La française s’échelonne de 41 à 73 et la graduation américaine de 1 à 33.

Pour tous ceux qui offrent une bague, mais n’amènent pas avec eux la petite main à qui elle est destinée, le plus simple reste d’emprunter, discrètement, une bague référence. Sinon, ils passent un modèle porté couramment et repèrent le doigt correspondant ou bien la hauteur à laquelle s’arrête l’anneau à leur main.
Parmi les autres outils mis à disposition, il existe le baguier virtuel trouvé sur les sites de bijoutiers en ligne ou encore l’anneau en papier réglable pour indiquer la mesure.

De toutes ces méthodes, la plus fiable reste incontestablement le baguier traditionnel moins sensible aux variations dues à l’échauffement de la main et au phénomène des doigts gonflés.

Les meilleures conditions pour vérifier une taille d’un doigt.

Point commun avec les chaussures, nous avons tous une main plus forte que l’autre. L’erreur classique est d’imaginer que si l’annulaire de la main droite est de taille 53, celui de la main gauche est semblable. Les muscles des mains se développent davantage sur la main la plus sollicitée.

Dans tous les cas, il vaut mieux éviter de passer plusieurs fois une bague. Au bout de quelques essayages, les vaisseaux sanguins du doigt se dilatent et ils augmentent facilement d’un ou deux millimètres en circonférence. La taille 54 qui passait aisément devient plus difficile à enfiler. De même, inutile de mesurer un majeur ou un index après une partie de tennis ou un jogging en été. Les doigts ont gonflé. La bague achetée avec cette taille en référence sera trop large immanquablement.

L’articulation des doigts modifie aussi les tailles. Des mains osseuses ou déformées par l’arthrose sont plus compliquées à mesurer. Elles nécessitent de prendre une bague plus large qui oscille légèrement. Une bague n’est pas figée au doigt. Il est normal qu’elle bouge et ne doit jamais comprimer un majeur ou un annulaire.

La monture change la taille d’une bague.

Enfin, la forme de la bague et sa monture influent sur la taille de bague. Les professionnels savent ceci par cœur. Une alliance ou une bague plus large couronnée, par exemple, d’une pierre imposante ne seront pas identiques en taille. Une monture plus massive demande à prendre une taille supérieure, car la largeur de l’anneau, supérieure à 5 ou 10 mm, habille davantage le doigt. Ainsi, quand une bague à monture fine demande un 54, une bague plus travaillée requiert un 55.

Une fois tous ces éléments intégrés pour connaitre la taille d’un doigt et celle-ci vérifiée avec le baguier, il faut se souvenir que les doigts se modifient avec l’âge et que nous n’avons pas qu’un seul où porter une bague.

You Might Also Like